Boulimie, la nourriture affective


La boulimie pourrait être définie comme un trouble psychique caractérisé par un appétit excessif et l'ingestion de grande quantité de nourriture en l'absence de sensation de faim, avec ou sans vomissements.


Mais cette courte définition risquerait de masquer et ainsi d'oublier les raisons psychologiques de ce comportement.


La boulimie se caractérise donc par des périodes de pulsions incontrôlables vis-à-vis de la nourriture, suivies d'une réaction déclenchée par la peur de grossir, à l'origine de diverses pratiques néfastes : vomissements, diurétiques, jeûne ou restrictions alimentaires.


Le cycle boulimique peut se répéter plusieurs fois par jour ou moins fréquemment et dans la majorité des cas, la boulimie se vit dans la honte et la clandestinité. La plupart des patients hésitent à consulter et espèrent contre toute évidence s'en sortir seuls.


Les personnes souffrants de boulimie peuvent être d'un poids trop faible, normal ou excessif et ce comportement passe certaines fois totalement inaperçu par leurs proches. Elle peut également être ressentie comme un engrenage infernal d’où la personne pense ne plus pouvoir s'en échapper avec consommation de quantités importantes de nourriture.


Ces accès peuvent survenir plusieurs fois par jour et les crises de boulimie sont caractérisée par plusieurs aspects :


Le retentissement psychique

L'envie de manger est irrépressible. La perte de contrôle face à la crise est totale.

  • Le choix alimentaire : sucre et calories. Souvent, les aliments sont engloutis tels quels, sans mastication.

  • Le sentiment de honte qui meuble ces crises se double d'une culpabilité obligeant la personne qui en souffre, à ne rien dire à son entourage.

  • La purgation par le laxatif ou le vomissement est le prix que payent une majorité de boulimiques dans la crainte de prendre du poids, en attendant la crise suivante.

  • D'autres compensent les crises par des activités physiques débordantes.

  • Alcool et drogues sont des éléments favorisant la survenue des crises.

  • La peur de grossir est quasi-constante. Des tentatives de régime sont ou ont été faites, en vain. L'influence médiatique, la maigreur à la mode, jouent sur les candidates à la boulimie.


Le retentissement physique


La constitution d'une véritable dépression peut donc être longtemps masquée d'où l'importance de traiter ce problème aussi vite que possible.

Le remplissage rapide de l'estomac provoque souvent des distensions douloureuses gastriques.

  • L'Inflammations des muqueuses de l'œsophage et de l'estomac peuvent survenir, allant jusqu'à l'ulcère.

  • Les vomissements répétés, la vidange violente de l'intestin par les laxatifs, sont sources de désordres métaboliques. Les diurétiques souvent employés peuvent être la cause de désordres graves.

  • Les vomissements répétés risquent de provoquer des œsophagites (inflammations de l'œsophage)

  • Les fausses routes alimentaires lors des vomissements peuvent menacer les voies respiratoires et provoquer des infections broncho-pulmonaires.

  • Le gonflement des glandes parotides (glandes salivaires) est un symptôme d'alerte, comme les crevasses aux doigts, dues aux vomissements.

  • Les dents présentent très souvent des caries dues aux attaques de l'acide chlorhydrique lors des vomissements.


La personne souffrant de boulimie traverse généralement trois types de crise :


La pré-crise: sentiment de tension pénible excitation préalable teintée d’angoisse et d’irritabilité, état de manque, recherche de nourriture.


La crise elle-même: perte total de contrôle et absorption de milliers de calories en un temps très court (aliments sucrés et salés) sensation de malaises corporels. Les vomissements sont au début provoqués puis deviennent automatiques. Après les vomissements, soulagements mais teinté de honte.


La post-crise: honte, culpabilité, regrets et désir d'arrêter, mais elle ne peut pas arrêter car ses crises sont devenues habituelles.



Comment l'hypnose thérapeutique peut-elle aider dans ce cas précis ?


Face à cette constellation de symptômes, on se dit bien évidemment qu'il est nécessaire de se pencher sur l'origine des troubles et cette origine, on le sait, est propre à chaque individu. Chaque patient(e) a une histoire et un passé propre, des carences affectives, des traumas, des relations avec ses parents particulières.


Une recherche de candidose sera faite en première instance car ce champignon peut provoquer des pulsions alimentaires.


Dans un deuxième temps, l'hypnose peut permettre de clarifier une situation, de faire remonter dans le conscient des informations refoulées dans le subconscient.


Elle peut aider l'individu à reconstruire un puzzle jamais terminé et permettre de comprendre comment s'est installé et organisé le trouble dont il souffre. Lui faire comprendre aussi que ce trouble n'est qu'une "expression" et que, lorsque l'on se reconnecte à l'origine d'un symptôme, celui-ci perd sa raison d'être.


Si cette approche de l'hypnose souligne que chaque individu est unique, une autre approche de l'hypnose nous montre également que ce qui est commun à tous les individus, c'est le fonctionnement de nos comportements : la compulsion, l'angoisse, la culpabilité, la multiplication des accès de boulimie...



L'hypnose thérapeutique présente l'immense avantage d'apporter aux patients un apaisement rapide, un confort de vie depuis longtemps oublié. L'énergie ainsi retrouvée est ressentie comme un nouvel élan, une nouvelle vie.










© Fotolia.com Photographes par ordre chronologique : Andrey Kiselev - John Bailey - John Bailey - Velocista - Andres Rodriguez - Mehmet Alci

#boulimie #malêtre #compulsions

Articles en ligne
Les derniers articles
Recherche par mot clé
Pas encore de mots-clés.

© 2015 by  Proudly created with Wix.com